Mois : mai 2020

financial, planning, report

Zoom sur le métier de Business Developer

Le métier de business developer est clé pour booster l’activité d’une entreprise. Il doit réactif face aux nouvelles tendances du marché, a l’œil pour profiter des opportunités et pour remonter les retours clients concernant les produits et services de l’entreprise. De plus, il génère de nouveaux partenariats bénéfiques à la croissance du chiffre d’affaire de la compagnie.

Quelles sont les missions du business developer ?

Le métier de business developer demande avant tout de prendre part à la définition de la stratégie commerciale d’une entreprise. En effet, il s’agit de concevoir un plan de développement, à la fois de court terme et de long terme. Le business developer cherche à dénicher de nouveaux partenaires commerciaux, de nouveaux clients ou encore à renouveler les gammes de produits. En résumé, il actionne et renouvelle les leviers de croissance de sa compagnie.

Quotidiennement, il vérifie le bon déroulement des opérations du business plan et a une idée majeure en tête : apporter de la valeur ajoutée à son client. Il crée une relation de confiance avec celui-ci et connait son entreprise sur le bout des doigts. 

Quelles sont les qualités indispensables pour être business developer?

Curieux, le business developer est à l’affut de brèches du marché dont il peut faire profiter son entreprise. Il aime se tenir au courant des tendances de son secteur et sait les appliquer à la structure de son entreprise. Il est rapidement capable de s’adapter à un nouveau milieu et à de nouvelles cibles de clients. Pour cela il aime innover et sortir des sentiers battus.

Le métier de business developer exige non seulement de bonnes capacités d’analyse et de synthèse mais aussi de fortes aptitudes commerciales. Ainsi le business developer est-il doué pour les négociations. Il sait se montrer convaincant afin d’élargir son portefeuille de clients. Il est autant à l’écoute du marché et des besoins de sa compagnie qu’à la disposition de ses clients.

Enfin il dirige une équipe sur des projets de développement. Il sait comment être un fin stratège mais également un excellent leader.

Quelles compétences techniques sont valorisées ?

S’il possède des compétences marketing, juridiques et économiques il est d’autant plus apte à comprendre les besoins et le positionnement de l’entreprise. Ce sont des atouts pour pouvoir rapidement développer de nouvelles stratégies de croissance. La connaissance de techniques de vente et de prospection est un plus.  

Une bonne maîtrise de l’anglais ou d’une seconde langue est valorisée. Pourquoi ? Car le business developer se doit d’être un orateur convaincant capable de s’adresser à un large public.

Quelles formations et quelles opportunités d’évolution ?

Plusieurs formations y mènent :

  • Des formations universitaires en ventes, marketing, en finance ou en management de projets
  • Un cursus en école de commerce en d’ingénieur, de préférence avec une spécialisation en marketing, finance ou gestion. Cette formation peut également être renforcée par un master spécialisé (par exemple en stratégie et développement d’affaires ou en entrepreneuriat)

De manière générale le business developer a un diplôme de niveau Bac +5. S’il n’a pas suivi une de ces formations il peut tout de même prétendre au poste à condition de posséder de solides bases commerciales et de l’expérience.

En gagnant de l’expérience le business developper devient business developer sénior puis business developer manager ou directeur du business développement. A terme, il peut prétendre au poste de directeur commercial, marketing ou encore de directeur général.

Qui recrute ces profils en ce moment ?

Les startups et les entreprises spécialisées dans le secteur du web sont friands de ce métier. Cependant de plus en plus de compagnies traditionnelles recherchent des business developers pour optimiser leur croissance et soutenir leurs gestionnaires de compte. http://www.sportune.fr/business/cest-quoi-etre-business-developper-au-psg-on-en-parle-avec-mohamed-brakhlia-234058

Par ailleurs le business developer peut aussi exercer une activité de consultant en étant indépendant.

Pour quelle rémunération ?

En fonction de ses réussites le business developer touche aussi des commissions qui font varier son salaire fortement.

Ce métier vous intéresse ? Vous pouvez dorénavant postuler sur notre site : https://gethejob.fr/

content marketing, writers, content writers

Zoom sur le métier de responsable marketing

Le responsable marketing a pour mission de définir la stratégie marketing de l’entreprise. Grâce à son importante connaissance du marché, il cible des catégories de consommateurs et développe des gammes de produits spécifiques en conséquence. Relativement à son rôle de responsable de la communication avec les médias, il supervise les opérations de promotions de produits et de fidélisation de la clientèle. Voici plus d’informations pour mieux connaitre le métier de responsable marketing aujourd’hui convoité par les recruteurs.

Quelles sont les missions à remplir ?

D’une part le responsable marketing doit trouver des opportunités à développer sur le marché pour élargir la clientèle et léser la concurrence. Il utilise des outils marketing (catalogues, fiches produits, etc.) et favorise les activités de prospection pour fidéliser les consommateurs de son entreprise. Il élabore ensuite les plans marketing via des études de marché pour définir le positionnement de la marque.  En d’autres termes il manage toute une équipe et définit les objectifs à atteindre sous contrainte de temps et de budget. 

D’autre part il participe activement à la politique commerciale de l’entreprise. Pour ce faire il est en lien étroit avec les commerciaux pour mener des stratégies de communication et de promotion. Enfin, il effectue des contrôles réguliers de ses campagnes commerciales pour prévoir les futures ventes.

Quelles sont les qualités indispensables ?

Plus que jamais il doit avoir un goût pour la négociation. Exercer le métier de responsable marketing c’est posséder des compétences à la fois marketing et commerciales. Le responsable marketing doit également posséder de solides connaissances en commerce et en fiscalité.

Bien que l’on attende de bonnes qualités de synthèse et d’organisation pour le poste, être créatif est incontournable pour faire sortir son produit du lot. Curieux, le responsable marketing aime se tenir au courant des nouvelles tendances du marché. C’est avant tout l’envie de créer de nouveaux articles et l’intérêt porté aux attentes actuelles mais surtout futures du client qui déterminent un bon responsable. En effet, la capacité à anticiper les besoins des consommateurs ainsi que la réactivité face aux concurrents font la différence.  

Enfin le métier ne se pratique pas en solo, il requiert de bonnes capacités de leadership pour mener à bien un travail d’équipe.

Quelles compétences techniques sont valorisées ?

L’anglais reste incontournable dans le métier. De plus la maîtrise d’une seconde langue est un réel atout.  Ce poste nécessite d’aimer manier les chiffres mais aussi de savoir utiliser des outils informatiques et de communication.

Quelles formations et quelles opportunités d’évolution ?

Il faut être titulaire d’un Bac +5 d’une école supérieure de commerce, d’ingénieurs ou d’un Master en marketing. Toutefois le poste n’est pas immédiatement accessible et demande de l’expérience. Un chef de projet marketing peut y prétendre après quelques années d’exercice.

Avec la crise du covid, vous avez de nombreuses formations marketing qui peuvent être prises en charge par l’Etat. Pour en savoir plus : https://www.blogdumoderateur.com/formation-gratuite-numerique-chomage-partiel/

Une évolution professionnelle est-elle possible ? Oui, vers un poste de directeur commercial/ marketing.

Qui recrute ces profils en ce moment ?

  • PME et Grandes entreprises

En somme les entreprises de toutes tailles sont intéressées par ce profil qui est un élément clé pour accroître les ventes. Les postes dans les domaines marketing et commercial représentent 27% des offres. Les emplois marketing/communication sont à la hausse en 2019 (+ 4% sur une année).

Pour quelle rémunération ?

Cette grille est valable pour un diplôme de niveau bac +5, pour le métier de responsable marketing dans le secteur High Tech

Ce poste vous intéresse ? N’hésitez pas à postuler sur notre site : https://gethejob.fr/

question mark, pile, questions

Quelles stratégies marketing post-covid pour relancer les entreprises ?

Fini l’éternel questionnement sur la transformation digitale en entreprise. Avouons-le, ça devenait assez barbant ! La crise du covid19 aura mis en exergue les sociétés qui ont réussi leur transformation digitale et celles qui ont toujours un train de retard. Globalement, le coronavirus aura accéléré la la transition digitale dans le monde du travail. Relancer la machine à court de cash va être difficile. Alors, quelles stratégies marketing post-covid pour relancer les entreprises alors que nous observons déjà un gel des budgets pour 2020 et 2021?

Depuis 11 mai, les salariés qui ont commencé à revenir au compte-goutte sur les lieux de travail ont trouvé un environnement des affaires qui a changé. Rien ne sera comme avant.

L’idée « farfelue » du 100% télétravail est devenue réalité

Nous y sommes, aujourd’hui l’essentiel des salariés est en télétravail et cela a l’air de fonctionner. La restriction des transports semble s’installer dans la durée provoquant même une aversion à la mobilité dans les grandes villes.

La crise sanitaire ne fait qu’accentuer les problèmes de notre société. Pourquoi utiliser des transports bondés et désormais « à risque » et perdre du temps à se déplacer si le travail peut être fait depuis chez soi ?

A contrario, l’isolement que nous vivons confirme notre besoin de voir et communiquer « réellement » avec nos collègues. Comment combiner tout cela ? Est-ce un moment passager ? Est-ce que les dirigeants de l’ancien monde du « ils sont en télétravail, il y a une perte de contrôle d’efficacité » vont (vouloir) reprendre la main et revenir au modèle présentiel ?

Nous allons vivre une fusion des deux modèles à mon avis : le travail à distance apparaît comme le nouveau modèle dominant, le coronavirus va redéfinir les espaces de travail et la manière dont les entreprises vont gérer leur organisation opérationnelle (et leurs coûts fixes !) surtout après des grosses pertes.

La vente en ligne, la nouvelle normalité

Plus de la moitié du trafic internet vient du mobile depuis quelques années mais avec la crise du coronavirus, le phénomène s’est accéléré : les GAFAM sont les grands gagnants de cette crise.  L’essentiel des échanges commerciaux humains vont se faire au niveau digital alors comment exister au niveau marketing après le 11 mai ?

Les grands gagnants de cette crise sont les sociétés qui avaient pu mettre en place des dispositifs innovants, intuitifs et simples au niveau digital : Netflix, Amazon, Spotify. Les sociétés qui vont mettre la clé sous la porte vont surement être celles qui n’arrivent pas à s’organiser tout de suite après le 11 mai et celles qui n’arriveront pas à opérer -en vendant aussi bien qu’auparavant- à distance.

Moins de superficialité, plus de sens et de conscience écologique dans nos stratégies marketing post-covid pour relancer les entreprises

Le covid-19 a créé dans la conscience collective un lien direct entre la santé et l’écologie. La survenue de cette pandémie après l’émergence des discours « collapsologue » a sûrement favorisé cela. Un mal pour un bien ?

Dans les prochains mois, les français vont se concentrer sur l’essentiel : leur maison, leur bien-être, et leurs proches. Par conséquent, la durabilité va devenir un KPI important dans les choix de consommation et donc… marketing. Effectivement, les études montrent que les français désignent les entreprises comme principal vecteur de changement des comportements écologiques.

Evidemment cela concerne les stratégies produits et les messages mais aussi au niveau opérationnel. Quand il sera possible à nouveau de créer des événements, nul doute qu’il faudra prendre en compte l’empreinte carbone de ceux-ci. Il faudra penser plutôt événement digital mais aussi plus proche, limitation de consommation d’énergie et de plastique par exemple…

Pour finir, faute de budgets, l’investissement dans la publicité digitale et le contenu va devenir le levier privilégié par les dirigeants marketing et communication. L’investissement publicitaire en ligne a ressenti la secousse du covid-19 mais semble reprendre de plus belle de plus belle. Le digital devenant la seule place de marché libre et sans contrainte sanitaire en 2020…

En conclusion, la déflagration provoquée par le covid19 sur notre économie nous a choqué et les périodes de crise sont propices à la réflexion et la prise de recul. A nous de faire évoluer la raison d’être de nos entreprises pour l’adapter aux nouvelles exigences écologiques et sanitaires…

Par Mehmet YASAR, fondateur de www.gethejob.fr, cabinet de recrutement 100% en ligne de talents assurant la génération de leads en entreprise (marketing digital, commerciaux, IT)